Découvrez la scène musicale girondine vue par les bibliothécaires musicaux !

« L’autre French Touch », BO en stéréo avec homme-orchestre, amour libre et paradis artificiels.

La bibliothèque des Capucins t’invite amis lecteurs à découvrir une autre « French Touch » qui circule sans casque et ne manque pas d’air.

A la bascule des décennies 60 et 70, le cinéma hexagonal ne manque pas de talents pour se mettre en musique. Confrontée au voisinage de la bacchanale transalpine et à la veille du tapage nocturne de la blaxploitation, la production tricolore organise sa riposte en s’appuyant sur des vétérans formés à l’école du jazz ( Magne, Legrand , Loussier, Bolling) , des compagnons de route de la chanson ( Goraguer , Garaventz) , une paire de francs-tireurs ( Gainsbourg, Christophe ) ou encore quelques électrons libres ( François de Roubaix, Vannier ). Si certains ont fait ailleurs le choix de la fidélité ( Delerue pour Truffaut), d’autres, déjà familiers de séries populaires ( Fantomas, OSS 117), vont accompagner en haute-fidélité les déviations soudaines d’un cinéma qui explore désormais l’amour libre, les paradis artificiels, la route de Salina et même une planète sauvage.

cliquez sur l’image pour écouter la playlist musicale sur YouTube Music !

 

13 films, 13 compositeurs, 13 titres :

Michel Magne : Compartiments fermés (1965)

Jacques Loussier : Poursuite Jaguar (1968)

Georges Garaventz : Haschisch party (1971)

François de Roubaix : Audition (1970)

Philippe Sarde : La valise (1973)

Claude Bolling : Full Speed (1970)

Alain Goraguer : Ten & Médor (1973)

Jean-Pierre Mirouze : Tivoli by night (1971)

Bernard Gérard : Le crocodile porte-clé (1969)

Serge Gainsbourg/ Jean-Claude Vannier : Danger (1970)

Michel Legrand : Un homme est mort (1972)

Christophe : Sunny road to Salina (1970)

Fred Pallem & Le Sacre Du Tympan ‎: « Astringent Mouse Trap » (album : « L’odyssée » – 2018)

Coup de cœur de la playlist :

« A la tête de son orchestre le Sacre du Tympan, Fred Pallem organise les noces entre l’héritage fantaisiste de François de Roubaix et le groove élastique de Curtis Mayfield .»