Découvrez la scène musicale girondine vue par les bibliothécaires musicaux !

Chauvier, Georges


Georges Chauvier et son épouse Georgette vivent à Bordeaux. C’est là que naît, le 11 février 1943, leur fils Serge. Georges est chanteur lyrique. Premier prix de l’Opéra de Bordeaux et récompensé par un prix d’opérette classique, il a typiquement le physique du jeune premier de l’époque, ce qui lui vaut le surnom de « Prince Charmant de la Chanson ».

Il enchaîne les opérettes : « La veuve joyeuse », « Véronique »… et même « La route fleurie » où il partage la scène avec Bourvil et Georges Guétary.

Georges Chauvier a du succès dans sa région, et son fils Serge découvre, dès l’âge de 5 ans, que son papa est artiste en le voyant écrire des chansons. Mais sans impresario, tournées ou radios, difficile de se faire connaître d’un plus large public…

C’est en 1950 que la famille décide de « monter » à Paris. Elle s’installe dans un meublé du 7è arrondissement. Serge rejoint ses parents avec sa grand- mère un an plus tard, dans cette pièce unique de 3 mètres sur 4 où ils vivront pendant 5 ans.

Mais les conditions de vie sont difficiles et Georgette Chauvier supporte de plus en plus difficilement ce métier de misère et ce, malgré les engagements de son époux dans les opérettes de l’époque.

Georges Chauvier est d’ailleurs à l’affiche du Théâtre des Capucines, à Paris, sur le boulevard du même nom, en face de l’Olympia. C’est à cette époque que naît la vocation de Serge. Son premier poème, il l’a écrit à 9 ans et sa toute première chanson, « La ballade du poète », il vient de l’écrire : il a 11 ans et demi. Le soir, en allant chercher son père au théâtre, il se dit qu’il serait bien plus à sa place sur le trottoir d’en face en y regardant briller les lettres rouges qui illuminent les noms des célèbres chanteurs de l’époque. Lui – il se l’est promis – il fera l’Olympia !

Hélas, en 1954, Georges Chauvier va prendre une décision terrible : cédant à l’insistance de son épouse, il décide d’abandonner le métier et devient représentant. La famille s’installe dans un appartement d’Issy- les- Moulineaux.

En 1956, Serge a 13 ans et entre au Lycée Michelet, à Vanves.

S’il est toujours le premier en Français, par révolte envers le milieu familial, Serge délaisse totalement les autres matières. Les gens de son âge l’ennuient et ils se réfugie dans la lecture : Gide, Sartre, Camus… Il écoute de la musique sur son petit électrophone et secrètement, il envisage sa vie d’artiste, s’efforçant même d’écrire le même nombre de chansons que les artistes de l’époque qui sortent régulièrement des albums. Son nom de scène, il le trouve au hasard dans le dictionnaire et s’applique à le calligraphier sur ses cahiers d’écolier. Dès lors, il n’a plus qu’un seul but : réussir là où son père avait échoué.

La détermination et la passion de Serge pour le métier d’artiste lui permettent de mener avec brio la grande carrière que l’on connaît.

Aussi, pour fêter les 60 ans de son père, Serge décide de lui faire partager son succès. Ils enregistrent ensemble un album intitulé « Lama père & fils », qui sort en octobre 1981, sur lequel figurent des chansons choisies principalement dans le répertoire de Georges Chauvier.

Ensemble, ils font une trentaine de galas et, à l’occasion des 20 ans de carrière de Serge depuis ses débuts à l’Ecluse, une soirée au Grand Rex est organisée à Paris.

(D.R.) (www.daventures-sergelama.com)

Contacts


Originaire de : Bordeaux
Site officiel
Discogs

a